À propos de ce carnet

De Jules Ferry à Jean Zay, du « tout puissant empire du Milieu » évoqué avec nostalgie par Lucien Febvre aux « lycées somnolents » décrits par Marc Bloch après la défaite de 1940, l’enseignement secondaire semble imperturbable, masse de granit au cœur et au sommet du système éducatif républicain. Qu’en est-il réellement ? C’est à cette question, menée en parallèle d’une thèse sur l’histoire des lycées de 1880 à 1941, que ce carnet contribuera à répondre…

Les lycées sont des établissements scolaires emblématiques d’une architecture administrative répondant tant aux exigences de la commande publique et aux nécessités dictées par l’hygiénisme et la volonté de modernisation pédagogique. Le chef d’établissement, proviseur ou directrice, dirige une petite ville où se côtoient professeurs, répétiteurs, surveillants, personnels d’économat et agents de service. L’histoire et la géographie des élèves lèvent le voile sur le monde encore méconnu de la jeunesse lycéenne, ses origines sociales et géographiques et son comportement au sein d’une institution soucieuse d’éducation autant que d’instruction. Enfin, la communauté économique, qui gère les deniers et les matières de l’établissement et l’entretient, permet d’étudier la nature et l’importance de l’engagement financier de l’État mais aussi les relations des lycées avec les acteurs économiques de tous ordres…