Contribution à la réflexion sur la continuité des enseignements : une enquête auprès d’étudiants de L2 et L3 histoire

La continuité pédagogique, un exercice d’équilibriste ? (Funambules du cirque Krone, Berlin, 1924. Gallica / BnF).

Comme à de nombreux collègues, l’organisation de la continuité des enseignements pendant le confinement nous a posé de nombreuses questions qu’il a fallu résoudre tout en glissant dans le tobogan du confinement. Le 23 mars, soit une semaine après son début et après une semaine d’enseignement en distanciel, en accord avec Arnaud Houte, responsable des cours de L2 et L3 dont je fais les TD, j’ai lancé une enquête de diagnostic pour, le cas échéant, recalibrer les dispositifs que nous avons mis en place dans l’urgence.

Les résultats doivent être compris dans ce cadre et les constats qui en résultent ne peuvent être généralisés à l’ensemble des étudiants et des étudiantes de l’UFR d’histoire de la faculté des Lettres de Sorbonne Université.

I. Présentation de l’enquête

A. Le “plan” de continuité des enseignements

Mesures d’ordre général prises dans l’urgence

Les échanges internes aux équipes pédagogiques ont débuté après le 12 mars, date de l’annonce par le président de la République de la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités à compter du 16. A l’issue de ces échanges, une circulaire de continuité des enseignements a été adressée aux étudiants le 15 mars dans la journée (voir annexes).

Les 13 et 14 mars, des extraits d’ouvrages choisis en relation avec les thèmes de toutes les séances jusqu’à la fin du semestre ont été sélectionnés et numérisés. D’autres ont été repérés sur les plateformes de ressources en ligne et mis en réserve. A ce stade, nous ignorons encore comment nous allons procéder, même si dans nos discussions ressortent l’idée de podcasts adossés à des lectures. Un envoi hebdomadaire à l’heure de début d’un des TD serait fait pour tous les étudiants du cours, afin de marquer symboliquement la continuité de l’emploi du temps, tout en sachant que chacun est libre de réorganiser son temps en fonction de ses conditions de confinement.

Outre la difficulté de trouver un outil de visioconférence robuste et opérationnel, cette façon de faire (un envoi hebdomadaire) nous a semblé le moins mauvais compromis, en raison de sa souplesse pour les étudiants et pour nous-même, souplesse particulièrement importante lorsqu’on ignore – sauf si les étudiants nous en font part – les contraintes personnelles qui pèsent sur les emplois du temps de chacun. La continuité peut dans une certaine mesure avoir lieu mais selon des modalités diverses et conditionnées à des situations où les études peuvent temporairement n’être pas une priorité immédiate des étudiants.

Les différents régimes d’inscription pédagogique

Les cours de L2 accueillent des étudiants dont l’inscription pédagogique ne se fait pas nécessairement au même titre, on compte :

  • Les étudiants spécialistes (L2 histoire, bi-licence, bi-cursus)
    • en inscription principale, ils sont évalués en contrôle mixte (contrôle continu et contrôle terminal).
    • inscrits en 5e question d’histoire, en question supplémentaire ou en question optionnelle, ils sont évalués en contrôle continu.
  • Les étudiants non-spécialistes (L2 hors UFR d’histoire : ici anglais, philosophie, lettres modernes) sont évalués en contrôle continu.
  • Les étudiants étrangers (Erasmus ou convention bilatérale : ici des étudiants en provenance d’Espagne, des Etats-Unis, d’Italie et du Royaume-Uni) sont évalués en contrôle continu.

En L3, le paysage est le même, mais il faut rajouter les étudiants de master 1 qui suivent un cours de L3 en enseignement fondamental. J’ai choisi de différencier l’évaluation en fonction de ces différents régimes d’inscription pédagogique, ce qui a nécessité des adaptations particulières.

Décisions relatives au contrôle continu

Étudiants spécialistes :

  • Inscriptions principales (validation contrôle mixte) : en L2 et en L3, deux des quatre évaluations prévues pour le contrôle continu avaient eu lieu. La troisième correspond à un rendu échelonné sur le semestre qui a été maintenu avec rendu par courriel. La quatrième correspondait à un partiel blanc, annulé.
  • Inscription en 5e question, question supplémentaire, question optionnelle (validation contrôle continu) : en L2 et en L3, les trois évaluations prévues pour le contrôle continu avaient eu lieu.
  • Master 1 (L3 seulement, validation contrôle continu) : une des deux évaluations prévues avait eu lieu. La deuxième correspond à un rendu échelonné sur le semestre qui a été maintenu avec rendu par courriel.

La validation des cours est encadrée par les modalités de contrôle des connaissances1 définies par la faculté des Lettres de Sorbonne Université. A ce jour (7 avril 2020), les partiels sont maintenus, même si leur organisation dépend de la prolongation du confinement.

Étudiants non-spécialistes (validation contrôle continu) : en L2 et en L3, deux des trois évaluations avaient eu lieu. La troisième correspond à un rendu échelonné sur le semestre qui a été maintenu avec rendu par courriel.

Étudiants étrangers (validation contrôle continu) : en L2 et en L3, une évaluation sur deux avait eu lieu. La deuxième est une fiche de lecture sur un ouvrage complet en langue française. Des dispositions ont été prises pour leur faire parvenir une version numérique de l’ouvrage en question ou pour le remplacer par un autre accessible en ligne.

B. Représentativité de l’enquête

L’enquête a été conduite parmi mes étudiants, soit 2/4 groupes de TD d’un cours de L2 (~50 % de l’effectif total) et 2/2 groupes d’un cours de L3. 124 réponses ont été enregistrées par le formulaire. 3 ont été écartées car elles correspondaient à des doublons. Lorsqu’un étudiant a répondu deux fois, à deux heures différentes, seule la réponse la plus récente a été prise en compte et l’autre écartée.

Figure 1. Représentativité de l’enquête faite auprès de 139 étudiants de L2 et L3 du 23 au 27 mars 2020.

Les étudiants ont été très réactifs : près d’un sur deux a répondu le premier jour et les autres en trois vagues, les 24 mars (envoi des cours et rappel), 25 mars (1re relance ciblée sur les non-répondants) et le 26 mars (2e relance ciblée). Le formulaire a été fermé le 28 mars, 24h après la dernière relance.

Plus de 8 étudiants sur 10 en L2 et presque 9 étudiants sur 10 en L3 ont répondu à l’enquête. Toutes les catégories d’étudiants sont représentées à plus de 50 % de l’effectif présent au 16 mars, sauf pour les étudiants étrangers de L3, dont plusieurs avaient indiqués être en instance de rapatriement. La représentativité de l’enquête est satisfaisante pour l’effectif considéré.

II. Principaux résultats

A. Lieux de confinement et qualité de la connexion

Sans surprise, les étudiants sont majoritairement confinés en Île-de-France (64,5 % des répondants), mais un peu moins d’un tiers (31,6 %) a regagné une autre région métropolitaine, notamment la Normandie, le Centre-Val-de-Loire et la Nouvelle-Aquitaine. 4,9 % des étudiants sont confinés hors de France métropolitaine, en Martinique (0,8 %) et à l’étranger (4,1 %). Le confinement à l’étranger ne concerne pas que des étudiants étrangers, mais aussi un étudiant français.

D’après les fiches de renseignement remplies en début de semestre, on peut estimer que parmi les étudiants ayant passé leur baccalauréat dans un lycée francilien (71 sur 139 présents au 16 mars) 80,2 % résident en banlieue et 19,8 % à Paris intramuros.

Les programmes d’échange ont pour beaucoup pris attache auprès de nous dès le 12 mars afin d’organiser les rapatriements dans cinq pays étrangers différents. Ils ont parfois été suivis de l’abandon du cours.

L’échelle de la région a été choisie pour ne pas être trop intrusif dans la vie privée des étudiants. La déclaration faite quant à la qualité de la connexion suggère toutefois que tous ne sont pas confinés en milieu urbain. On observe en effet de très grandes disparités, non seulement entre régions, mais encore au sein même de ces régions. Il semble nécessaire de tenir compte de la qualité très inégale des connexions, notamment en préférant l’envoi de plusieurs fichiers de taille modérée plutôt que d’un fichier unique de taille importante.

B. Moyens et environnement de travail des étudiant.e.s

Equipement informatique et numérique

La très grande majorité des étudiants dispose d’un ordinateur individuel. 8,3 % d’entre eux partage toutefois sa machine avec d’autres personnes, ce qui constitue un obstacle notable pour la continuité des enseignements. 3,3 % des étudiants ne disposent pas de machine du tout. Plus d’un étudiant sur 10 n’a donc pas en permanence à disposition les outils nécessaires pour une continuité pédagogique en distanciel numérique.

Figure 5. Ordinateurs et téléphones à disposition des étudiants.

Parmi les 4 étudiants qui ne disposent pas d’ordinateur, trois disposent d’un téléphone portable individuel et 1 ne dispose pour travailler que d’un téléphone portable partagé. La part des étudiants ayant déclaré ne pas disposer de téléphone mobile ou de tablette (35,5 %) est invraisemblable : 95 % des Français en sont équipés, proportion qui monte à 99 % pour les 18-24 ans, selon le Baromètre du numérique 20192. Ce résultat s’explique probablement car beaucoup d’étudiants qui avaient indiqué disposer d’un ordinateur individuel n’ont pas jugé utile d’indiquer qu’ils avaient aussi un téléphone mobile (le formulaire laissait la possibilité de cette combinaison).

Une courte majorité (51,2 %) des étudiants dispose d’une imprimante ; un peu moins d’un étudiant sur deux (48,8 %) n’en dispose pas. Les modalités de travail où l’impression de documents serait indispensable entraîneraient une importante rupture d’égalité.

Livres et ressources documentaires

Seuls 45,5 % des étudiants disposent de livre d’histoire sur leur lieu de confinement. Deux réponses pourraient nous conduire à relativiser ce chiffre :

  • E35 : « Pour ce qui est des livres d’histoire en version papier à ma disposition, j’en ai trois, mais aucun n’est sur l’histoire contemporaine ».
  • E41 : « J’ai pu emporter quelques livres d’histoire, mais malheureusement pas en grande quantité ».

Les réponses à la question, « que pouvons-nous faire pour améliorer la continuité des enseignements ? » montrent que l’accès aux livres et aux ressources scientifiques est un problème majeur pour les étudiants. Sur l’ensemble des répondants, 28,1 % pensent que cela serait nécessaire pour améliorer la continuité des enseignements ; cette proportion tombe à 23,9 % en L3 mais monte à 33,3 % en L2.

A l’appui de chaque podcast de TD, au moins deux lectures numérisées sont envoyées chaque semaine ; une information relative aux ressources en ligne pourrait donc être refaite (portail documentaire de Sorbonne Université, ressources accessibles via les abonnements de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, ressources en open access).

Activité professionnelle et situations personnelles

17,4 % des étudiantes et étudiants ont une activité professionnelle pendant le confinement. Sur les 21 personnes concernées, 12 exercent leurs fonctions régulièrement, 7 sont en chômage partiel et 2 sont en télétravail.

En temps normal, il est vraisemblable que le nombre d’étudiant concerné par une activité professionnelle soit supérieur : en 2016, 46 % des étudiants déclaraient avoir eu une activité rémunérée pendant l’année universitaire. Parmi les étudiants en activité rémunérée, 36,2 % exercent un job, 5,9 % exercent une activité rémunérée non liée aux études et exercée au moins à mi-temps et plus de 6 mois par an, 13,3 % une activité rémunérée non liée aux études, exercée au moins à mi-temps et plus de 6 mois par an3.

Parmi les 21 étudiants de notre enquête, les secteurs les plus représentés sont la grande distribution (approvisionneuse, manutention, agent de vente) et l’enseignement (assistants d’éducation et soutien scolaire). Deux étudiants sont investis dans des missions de santé. Les autres emplois occupés révèlent une certaine diversité : agent d’accueil, restauration rapide, etc.

Les étudiants sans activité professionnelle déclarent pouvoir travailler en moyenne 4,7h par jour, contre 4,1 pour ceux qui en exercent une. Les 7 étudiants en chômage partiel déclarent ne pouvoir travailler en moyenne que 2,9h par jour, ce qui est significativement inférieur aux autres situations représentées dans les réponses. Les 2 étudiants en télétravail déclarent pouvoir travailler 5,5h par jour, soit presque un point de plus que les étudiants sans activité professionnelle, ce qui traduit peut-être une autonomie plus grande et/ou des conditions plus favorables.

Figure 6. Travail quotidien déclaré possible par les étudiants (nombre d’heures)

La continuité des enseignements devrait donc prendre en considération le fait qu’une partie des étudiants a un emploi du temps chargé et potentiellement par l’exercice de missions qui peuvent être anxiogènes dans les circonstances actuelles.

Outre la situation professionnelle des étudiants, les situations personnelles et familiales devraient également être prises en considération pour les modalités de la continuité des enseignements et d’évaluation à distance. Aucune question ne portait sur les questions d’ordre personnel, mais certains étudiants ont utilisé la rubrique “expression libre” pour en signaler.

  • E26 : « Je précise que je suis confinée à X avec des personnes fragiles, j’ai très peu de contact avec le monde. De plus, j’ai des obligations : je me rend souvent à l’hôpital et dans les domiciles de personnes âgées de ma famille afin de leur venir en aide. Je n’ai pas beaucoup de temps pour moi ou pour le travail, je fait de mon mieux mais la santé de mes proches passe avant tout ».
  • E47 : « Travailler chez soi et en famille est compliqué. Nous ne pouvons nous rendre en bibliothèque pour récupérer des livres même si j’essaye de faire avec ce que j’ai et ce qu’il y a de disponible sur internet. Le confinement et la tension sociale dans le pays et le monde n’aide pas bien aussi au travail, pouvant procurer du stress et de l’angoisse ».
  • E56 : Je peux travailler « 4h à 7H en fonction des horraires de travail de mon entourage ».
  • E109 : « Les dispositions varient d’un jour à l’heure, cela peut être toute la journée, comme seulement 2/3h, tout dépend de mes petites sœurs, chez moi ou chez leur père, et si ma mère travaille ou pas (elle est conductrice de bus) ».

C. Réception de la continuité des enseignements

Figure 7. Codage des réponses relatives à tout ce qui pourrait concourir à l’amélioration de la continuité des enseignements

Presque un tiers des étudiants (31,4 %) estime qu’il n’y a pour le moment rien à améliorer le plan de continuité des enseignements, même si c’est moins le cas en L2 (16,6 %) qu’en L3 (43,3 %). Outre les défauts du plan de continuité mis en place, cette différence traduit peut-être une différence d’autonomie, puisque les L2 déclarent pouvoir travailler 4,2 heures par jour, contre 5 pour les L3.

  • E53 : « Je trouve que les dispositions prises sont déjà très adaptées à notre situation, j’ai vraiment apprécié les liens pour écouter les musiques, voir les podcast de France culture ainsi que les scans des livres. Merci beaucoup ! ».
  • E97 : « Je ne vois pas trop ce qu’on faire de plus, c’est surtout la situation de confinement qui rend les choses compliqués, et nous ne pouvons pas réellement changer ça » .
  • E105 : « Étant en Master, la méthode d’enseignement actuelle ne me pose pas de problème du point de vue du travail ».

La question la plus fréquemment soulevée (28,1 %) porte sur l’accès aux connaissances, soit grâce aux livres, soit aux ressources disponibles en ligne.

  • E13 : « Le nombre d’œuvres générales devraient être plus accessibles depuis internet (de même pour quelques ouvrages spécifiques) ».
  • E43 : « Des sites-web avec des ouvrages en entier ou des documents pédagogiques serait utiles ».
  • E49 : « Mettre en ligne des ressources supplémentaires pour compenser la fermeture des bibliothèques universitaires ».
  • E77 : « Serait-il possible d’avoir un plan de chaque cours avec quelques idées directrices ? ».

Pistes :

  1. Rassurer les étudiants en leur rappelant qu’ils ont 200 pages d’articles fichés dans chacun des deux cours et que cela suffira amplement à leurs révisions avec les lectures envoyées chaque semaine. Leur conseiller d’orienter leur travail dans un esprit qualitatif plutôt que quantitatif.
  2. Refaire une information sur les ressources disponibles via le portail documentaire de Sorbonne Université ; passer commande d’une note d’information au SCD Clignancourt, qui a proposé son aide le 17 mars.
  3. Référencer les ressources et ouvrages mis en ligne à l’occasion du confinement et l’adresser aux étudiants4.  

Les examens sont le deuxième objet d’inquiétude (7,4 %). Deux questions principales se posent : celles des entraînements aux épreuves finales, et des informations relatives au calendrier et aux modalités

  • E12 : « Si c’était possible de s’entrainer avec des sujets de partiels en faisant des introduction pour le partiel ».
  • E47 : « Je suis inquiet quand à la tenue éventuelle des partiels, pas pour votre matière car je suis en 5ème option d’histoire mais pour les autres cours. Car ce n’est pas des conditions très viables de travail. Nous n’avons pas toutes les informations. […]. L’attente des décisions du gouvernement et de l’université est problématique même si l’on ne peut y faire grand chose ».
  • E62 : « Envoyer des exercices/comptes rendu basées sur des lectures/dossier/podcast, qui peuvent bénéficier d’un retour/correction pour chaque élève y participant, afin de voir notre progression ».
  • E117 : « Je ne sais pas. Les partiels de fin d’année ont un avenir incertain et c’est cet aspect qui mérite un intérêt particulier car il faudrait être fixé et sortir de ce sentiment d’incertitude ».

Pistes :

  1. Il faut attendre la décision des services centraux ou facultaires au sujet des modalités de contrôle des connaissances et transmettre les informations aux étudiants dès que possible.
  2. Il ne m’a pas semblé possible ou souhaitable de maintenir le partiel blanc, dans la mesure où l’épreuve consistait en un oral général par groupes de 3 (1re heure), impossible à organiser en distanciel. Il m’est impossible d’assurer la sincérité du déroulement de la partie écrite (2e heure). Au reste, les conditions dans lesquelles cette évaluation aurait pu se dérouler n’auraient rien eu de semblable avec les conditions de l’examen, leur enlevant leur principale utilité. Ces considérations, ajoutées aux vraisemblables difficultés techniques qui se seraient dressées sur ma route m’ont semblé suffisantes pour annuler l’épreuve. Une reprogrammation est envisageable si la rentrée a lieu après les vacances de Printemps. Le contrôle continu repose déjà sur 3 notes ; une 4e n’est pas absolument indispensable.

Les étudiants sont en demande d’interaction pédagogique, en particulier pour hiérarchiser les connaissances et les idées.

  • E22 : « rien [à améliorer] je crois tant que vous êtes disponibles pour répondre à nos éventuelles questions ».
  • E59 : « Une liste des points importants auxquels prêter attention à la lecture des articles pourrait être utile. Nous sommes certes censés apprendre à sélectionner nous-mêmes les informations les plus importantes mais dans certains cas il est difficile de rester efficace en ne pouvant travailler qu’à la maison (je suis par exemple en double licence et il m’est assez difficile de gérer toutes les matières sans la structure qu’apportent les séances en présentiel). J’aimerais bien avoir une idée plus précise des éléments incontournables afin d’éviter de me perdre dans des révisions trop massives en vue des partiels. Les TD sont habituellement bien structurés, ce qui permet de saisir facilement les enjeux du cours, tandis que les articles à lire sont longs et très riches en informations, et j’ai un peu peur de m’y perdre ».
  • E60 : « Une séance de questions avec l’ATER ».
  • E90 : « Logiciel de conférence vidéo si possible pour les autres étudiants ».
  • E96 : « Lancer une plateforme sur internet simplifie avec les cours et des exercices, avec des informations claires et officiels ».

Pistes :

  1. Organiser pour chaque groupe de TD une séance en distanciel pour des questions/réponses relatives aux cours passés et aux questions pratiques auxquelles une réponse peut être apportée. Cela semble répondre au souhait d’une minorité non négligeable des étudiants (+20 % en L3, +35 % en L2). La part importante des « je ne sais pas » traduit peut-être un attentisme qui pourrait être emporté si un objectif précis est proposé pour des séances ponctuelles en distanciel qui ne seraient pas axées sur la transmission des connaissances mais sur des explications et des interprétations (voir figure 8).
  2. Outre les réponses faites aux courriels individuels, faire aux L3 une information relative aux admissions en master 1 : les questions se multiplient à ce sujet depuis le début du confinement.
Figure 8. Réponses à la question « Une séance hebdomadaire d’échanges/questions sur un logiciel de conférence audio/vidéo vous serait-elle utile ? »

Principaux enseignements

  • Les étudiants équipés semblent dans l’ensemble pouvoir travailler avec ce qu’on leur envoie, malgré une situation générale difficile et des situations particulières individuelles qui peuvent être anxiogènes. Les envois rituels du mardi, sur les adresses courriel personnelles recueillies au début du semestre, sont systématiquement doublés d’une mise en ligne sur Moodle. Nous n’avons aucune nouvelle de 18 étudiants sur 139, mais chaque semaine des contacts sont renoués qui révèlent des situations personnelles stabilisées.
  • La demande d’information relative aux ressources en ligne est réelle, mais la note d’information produite par le SCD sur notre demande vient satisfaire ce besoin. Les étudiants ont objectivement largement de quoi lire et réviser avec, d’une part, les extraits d’ouvrages choisis en relation avec les cours et, d’autre part, parce que les fiches de lectures ramassées en séance 3 ont été rassemblées dans un livret distribué à tous.
  • La demande d’interaction est plus modérée que ce que nous imaginions, mais elle est bien réelle. Les remarques relatives à l’accès aux connaissances et à la hiérarchisation des informations et la durée réduite des podcasts par rapport à la durée normale des heures d’enseignement révèle la multitude d’explicitations faites oralement par les enseignants, soit de leur propre chef, soit en fonction de la température de la salle. C’est une autre limite sérieuse à la continuité des enseignements en distanciel numérique.
  • Les conditions d’une égalité formelle des étudiants peuvent être approchées, mais la création d’une situation d’égalité réelle est difficile en raison de la multitude des situations, du point de vue des équipements, de l’accès à internet et des conditions matérielles et personnelles de confinement.

Annexes


Liens utiles

  1. Modalités de contrôle des connaissances 2019-2020 de la faculté des Lettres de Sorbonne Université []
  2. Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, Baromètre du numérique 2019. []
  3. Observatoire national de la vie étudiante, Enquête nationale conditions de vie des étudiant.e.s 2016 / L’activité rémunérée des étudiants, avril 2017. []
  4. Recensement des facilités offertes par les éditeurs du fait de la pandémie par le Consortium unifié des établissements universitaires et de recherche pour l’accès aux publications numériques, dit consortium Couperin. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.